Architecture Intel Haswell avec carte graphique nVidia supportée dans Ubuntu 14.04 Trusty Tahr

Pour ceux qui, comme moi, veulent s’affranchir des bricolages avec Bumblebee sous Ubuntu, réjouissez-vous, une solution fiable arrive dans la prochaine version 14.04 LTS Trusty Tar : elle s’appelle nVidia Prime. Vous êtes l’heureux propriétaires d’un ordi portable avec une architecture nVidia Optimus et un µ-processeur Intel Haswell, Sandy bridge ou Ivy bridge, vous voulez pouvoir simplement basculer de la carte graphique nVidia à la puce graphique intégrée dans le µ-processeur Intel pour économiser votre batterie, ne cherchez plus une solution complexe. Installez la dernière version beta d’Ubuntu 14.04, elle est fonctionnelle, je l’ai testé.

Téléchargez la plus récente image iso (daily build) de la distribution sur le site cdimage Ubuntu, gravez la ou copiez la sur une clé USB et lancez l’installation, de préférence dans une nouvelle partition. Attention, version beta non définitive, vous l’installez à vos risques et périls.

N’installez pas les pilotes propriétaires nVidia mais ajoutez seulement ce dépot ppa en copiant les commandes suivantes dans un terminal :

Voilà à quoi çà ressemble après installation et mise à jour des paquets.

dépots actifsOn active le pilote nVidia depuis l’utilitaire nVidia X Server Settings :

nvidia-prime

L’utilitaire nVidia X Server Settings vous permet de choisir, dans PRIME Profiles, quelle carte graphique activer.

hardinfo-system

Installez l’utilitaire HardInfo pour vérifier la prise en charge des deux modes.

nvidia-settings

Le dépot PPA installe la dernière version des pilotes nVidia, OpenGL MESA et Xorg v1.15

nVidia settings vous indique que vous utilisez le pilote Intel.

nVidia settings vous indique que vous utilisez le pilote Intel.

nVidia Prime

On bascule du profile Intel au profil nVidia. Il faut fermer la session pour activer ce profil.

 

HardInfo Display

Infos Display avec le pilote nVidia 331 actif.

Lancer la commande

dans un terminal pour désinstaller proprement tous les pilotes et revenir à l’état antérieur sans problème.

P.S. : Dites-moi en commentaire si çà marche bien sur votre configuration, merci.

Edit : Comparez les résultats de mes tests avec ceux sur votre matériel.

Flattr this!

Htop c’est le top pour optimiser

Un soucis avec une application qui ne répond plus ? Vous voulez la fermer sans redémarrer votre ordinateur ? Quelle appli utilise le plus de mémoire ou le plus de ressources cpu sur mon ordi ? Si vous vous posez parfois ce genre de questions, Htop a été conçu pour y répondre.

Ce moniteur système remplacera avantageusement l’utilitaire standard linux top, disponible en ligne de commande. Le principal avantage est qu’il se contrôle à la souris, malgré le fait qu’il se lance dans un terminal. Un écran d’options (cliquez sur setup en bas) permet de choisir d’afficher le nom des « process » en couleur ou sous forme arborescente. N’hésitez pas à agrandir la fenêtre du terminal pour voir plus d’informations. Naviguez d’un process à l’autre avec les flèches haut et bas du clavier.

Installation : aussi simple que copier / coller cette ligne dans un terminal :

htop-tree

La vue des processus sous forme d’arbre (à régler dans l’écran « setup » F2)

htop-setup

L’écran de configuration setup (F2)

htop-cpu

L’écran des processus triés par % d’occupation cpu (cliquez sur la colonne « %cpu »)

htop-mem

L’écran des processus triés par occupation mémoire (cliquez sur la colonne « %mem »)

htop-icon

L’icone Htop à ajouter dans la barre du lanceur Unity

Flattr this!

Les 30 ans du gnou GNU

En septembre 1983, RMS (Richard Matthew Stallman) annonce le développement d’un projet de système d’exploitation libre qu’il nomme GNU, un jeu de mot qui se prononce comme new en anglais et qui signifie aussi GNU’s Not Unix (« GNU n’est pas UNIX »).

Pour célébrer les 30 ans de l’annonce initiale, des événements étaient organisés à l’initiative de La Fondation pour le Logiciel Libre (Free Software Foundation, FSF). Grâce à l’organisation de l’April, il a donné une conférence en français à l’université Paris 8 (Vincennes – Saint-Denis) le 21 septembre 2013. Voici la vidéo.

Vous pouvez télécharger la vidéo au format Webm (ou seulement l’audio) sur le site de l’April via une application de partage de fichiers BitTorrent.

Licence : CC-BY-ND 3.0 (demande de Richard Stallman)

 

Flattr this!

Vérifier l’état de santé de son disque-dur

Tout le monde sait que l’élément le plus fragile d’un ordinateur est le disque-dur. D’abord parce que c’est un organe mécanique (le seul en dehors du lecteur/graveur de CD/DVD) et qu’il est en permanence sollicité par le système (l’OS) et par les applications.

Depuis 2004, les fabricants de disques-dur ont adopté un ensemble de spécifications pour surveiller l’état d’un disque-dur et prévenir une défaillance. Il s’agit de la technologie S.M.A.R.T. (Self Monitoring Analysis and Reporting Technology). Le disque garde plusieurs informations intéressantes :

  • nombre d’arrêts / démarrage
  • heures de fonctionnement
  • température du disque
  • nombre de secteurs en attente de ré-allocation
  • nombre de secteurs incorrigibles, …

Vous avez choisi une distribution GNU/Linux ? Vous avez de la chance ! Aucune application spéciale à installer pour accéder aux informations SMART, tout est là d’origine. Sous Linux Mint, l’application graphique s’appelle tout simplement « Disques » et sous Ubuntu « Utilitaire de disque ». Un démon « Notifications de disque » (Gnome disk-utility) est également lancé au démarrage du système, ne le désactivez pas. Il vous informera au cas où un paramètre SMART dépasserait le seuil fixé par le constructeur. Il vous sera alors encore temps de prendre la décision de sauvegarder toutes vos données et de les transférer sur un nouveau disque, avant défaillance complète de votre disque actuel.

Utilitaire de disque Ubuntu

En sélectionnant le disque que vous voulez examiner, vous avez déjà accès à pas mal d’informations sur le modèle (référence constructeur, numéro de série, …), les partitions présentes, le point de montage et vous présente les actions possibles sur ces partitions. Il indique aussi que le disque est « sain », c’est-à-dire, exempt d’erreurs SMART. Et c’est valable aussi pour les SSD.

Ecran disque et partitionsS’il y a un problème avec les données SMART, vous verrez un message différent :

Ecran quelques secteurs défectueuxIl suffit de cliquer sur le bouton « Données SMART » pour voir le détail.

Ecran détail donnée SMARTVoilà, gardez à l’esprit que ces données ne sont pas visibles si vous branchez un disque externe via un port USB. Préférez les ordinateurs portables et boîtiers externes munis d’une interface e-Sata. Les cartes mères récentes (pour desktop) possèdent généralement cette interface, c’est plus rare sur les laptop mais çà existe.

Sous MS Windows, rien de prévu par défaut pour accéder aux informations SMART. Utilisez une application dédiée ou un live-CD sous Linux : je recommande la distribution live spécialisée Parted Magic. L’application « GSmartControl » est accessible directement depuis le bureau une fois le CD démarré.

Edit (nov.2014) : J’ajoute que sous Windows, vous pouvez installer HDD Gardian, un utilitaire sous licence libre GNU/GPL v2 issue de Google Code. Vous pourrez même régler certains paramètres des disques comme :

  • Automatic Acoustic Management (AAM) – réduit le bruit en fonctionnement du disque.
  • Advanced Power Management (APM) – gestion étendue de l’alimentation : désactive le disque après une période d’inactivité.
  • Standby (spin-down) timer – le temps après lequel les têtes se rangent à un endroit protégé des plateaux.

Et aussi garder un œil sur la température de votre disque.
4 commentaires

Flattr this!

Rencontres Mondiales du Logiciel Libre

Bannière RMLL 2013 noire

Participez aux prochaines Rencontres Mondiales du Logiciel Libre et retrouvez-moi sur place, à Bruxelles, du 6 au 11 juillet, pour cette 14ème édition.

Vous pourrez assister librement à l’une des 214 conférences prévues dans les amphis de l’Université libre de Bruxelles, au campus Solbosch, ou participer à un atelier, visiter les stands des associations installées au village. Pas besoin d’être un geek ou un professionnel de l’informatique pour comprendre et s’instruire aux RMLL. Le programme complet est accessible à cette adresse et pour avoir une idée des thèmes abordés, téléchargez ce fichier au format pdf.

Un exemple ? Rencontrez les acteurs incontournables et les créateurs du mouvement du Logiciel Libre lors de la table ronde politique programmée mardi 9 juillet à 11h : Richard Stallman et Eben Moglen.

Une visite au Parlement Européen, un « Juri Workshop » est prévu le mardi après-midi. La seule condition pour y participer, s’inscrire avant le 4 juillet.

Programme RMLL2013 rectoProgramme RMLL 2013 versoIl n’est pas trop tard pour vous inscrire, si vous cherchez un hébergement en camping, auberge de jeunesse ou à l’hôtel. Réserver également votre place au traditionnel repas du Libre du mardi soir, cette année à l’Hôtel de ville de Bruxelles.

Flattr this!